Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Le défilé du 4 juillet de Trump et son coût colossal ne passent pas

mercredi 03/juillet/2019 - 05:01
La Reference
طباعة

Tout est parti d’un après-midi ensoleillé à Paris. Le 14 juillet 2017, Donald Trump et son épouse Melania étaient aux premières loges aux côtés d’Emmanuel et Brigitte Macron pour assister au traditionnel défilé militaire sur les Champs-Élysées, organisé chaque année à l’occasion de la fête nationale française. 

Un événement qui a considérablement marqué le président des États-Unis, à tel point qu’il ne cessait ensuite de répéter vouloir faire la même chose dans son pays. “On va devoir essayer de faire encore mieux, mais c’était déjà quelque chose de magnifique à voir, tous ces avions qui nous survolaient et cette puissance militaire, ces représentants de toutes ces guerres et ces différents uniformes”, clamait-il à son retour de Paris. 

Le principe de cette parade avait donc été acté par Donald Trump. Elle était d’abord prévue par le chef de l’État américain pour le 10 novembre 2018 et devait coûter environ 12 millions de dollars. Mais CNBC avait révélé au mois d’août dernier que le budget s’était totalement envolé pour atteindre 92 millions de dollars, devant être financés par le Pentagone pour 50 millions et par diverses agences gouvernement pour le reste (dont le Department of Homeland security, qui gère la sécurité intérieure des États-Unis depuis les attentats du 11 septembre 2001).

Pyrotechnie, parade aérienne et chars d’assaut

Face à ce montant colossal -qui comprenait les coûts de la sécurité du défilé, le transport des troupes et engins devant y prendre part, ainsi que la paie des hommes mobilisés-, le Pentagone avait retardé la parade, expliquant à l’époque chercher une date pour 2019. Et c’est donc ce jeudi 4 juillet, date de la fête nationale américaine que Donald Trump va enfin assister à son “Salute to America”.

Ce qui ne veut pas dire que les questions financières ont disparu. En effet, comme le rapportent de nombreux médias outre-Atlantique, à commencer par le Washington Post

"