Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

« Ainsi s'exprimait Yacoubi », le guide de l'Etat civil pour éliminer Wylayet Al-Faqih

samedi 13/juillet/2019 - 11:28
La Reference
طباعة

Le livre du chercheur égyptien Mahmoud Jaber « Ainsi s’exprimait Yacoubi » fait la lumière sur les principales références chiites arabes en Irak, et sur le projet de construction d'une référence arabe à Najaf en mettant fin au monopole perse sur la plus importante autorité chiite dudécimal du monde musulman. Ce livre de 160 pages traite brièvement du projet politique du cheikh irakien chiite Muhammad bin Moussa bin Muhammad Ali al-Yaqoubi, l'une des plus éminentes personnalités chiites irakiennes et héritier de Muhammad Sadiq al-Sadr. Le premier chapitre du livre présente au lecteur le caractère de Yacoubi. Le deuxième chapitre traite de l’homme, la société et jurisprudence sociale », tandis que le troisième aborde «l'identité et le projet national irakiens ». Dans le quatrième chapitre, l’auteur apporte la lumière à la situation en Irak, en Egypte et dans le monde arabo-musulman.

La chose la plus importante dans le livre est le chapitre sur Waylayet Al-Faqih. Yacoubi donne une nouvelle interprétation de ce concept en mettant en valeur l'Etat national.

Yacoubli critique la théorie de Wylayet Al-Faqih, fondée par le religieux chiite iranien Mousavi Khomeiny. Il fournit une nouvelle interprétation de cette doctrine, qui converge avec la théorie de la démocratie. « On ne peut pas instaurer le concept de Wylayet Al-Faqih sans l’accord des masses. En d'autres termes, Wylayet Al-Faqih doit être choisie par le peuple en choisissant le président par le biais d'élections démocratiques plutôt que par un petit groupe d'imams et de clercs », dit-il.

Yacoubi se focalise sur l’idée de « référence institutionnelle », loin de l'individu et de l'absurde dans la gestion des capacités de la nation. Les fonds chiites doivent être dépensés par le biais d'institutions destinées à servir la communauté irakienne et non par les agents de la référence religieuse. Yacoubi met l’accent sur l'unité de l'Islam et le refus de l'esprit sectaire qui « sape la Oumma islamique ».

Yacoubi rejette enfin le fédéralisme en Irak, considérant qu'il s'agit d'un prélude à la division du pays et mettant en garde contre le comportement des forces politiques à cet égard.

"