Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Des mécanismes de participation de la femme à la lutte contre les organisations terroristes

samedi 27/juillet/2019 - 01:52
La Reference
طباعة

Des experts de la lutte antiterroriste affirment qu’avec l’augmentation des menaces du terrorisme, le besoin se fait sentir d’une participation des femmes à la guerre contre ce fléau, en particulier en Afrique.

La conseillère spéciale pour l’Afrique du secrétaire général des Nations unies, Bience Gawanas, affirme : « les femmes ne sont pas seulement victimes des actes terroristes, elles jouent aussi des rôles divers dans le soutien aux groupes terroristes, et elles contribuent également aux stratégies de lutte antiterroriste dans nos sociétés ».

C’est ainsi que la brigade des Khansa créée par Daech en Syrie en 2014 illustre le rôle de certaines femmes dans le soutien au terrorisme.

Le Centre Nidaa Dakar, pour sa part, incite les gouvernements à permettre à la femme africaine de participer aux initiatives de lutte contre le terrorisme, car elle souhaite être consultée sur les causes de l’extrémisme, et être représentée dans les structures qui contribuent à cette lutte – dont les services de sécurité nationale.

Quant à Justine Coulidiati Kielem, présidente de la plateforme des Femmes du G5 Sahel, elle affirme qu’il est indispensable de donner aux femmes l’opportunité d’aider à mettre fin au terrorisme.

« Les femmes sont les premières à voir ce qui ne va pas dans la famille et la société, et elles peuvent contribuer au développement économique qui à son tour, permet aux hommes de continuer à aider leurs familles », selon elle.

Et d’ajouter que les femmes dans la région du Sahel font face à la pauvreté : « Nos gouvernements et nos partenaires internationaux doivent faire plus. Ils dépensent l’argent parfois de façon erronée, et devraient le dépenser dans des domaines susceptibles d’avoir un impact positif ».

"