Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

L'Italie en effervescence: la première force de gauche propose une alliance au M5S

mercredi 21/août/2019 - 03:06
La Reference
طباعة

La classe politique italienne est en effervescence: le Parti démocrate, première force de gauche, a proposé une alliance au Mouvement Cinq Etoiles, après la fin de son mariage avec la Ligue de Matteo Salvini, mais en posant un certain nombre de conditions à une nouvelle majorité de gouvernement.

Avant même le démarrage de "consultations" du président italien Sergio Mattarella pour évaluer la solidité d'un nouvel exécutif, le PD a voté à l'unanimité une proposition qu'il fera au chef de l'Etat "pour constituer un gouvernement de changement" avec le M5S (anti-système).

Le PD veut s'entendre avec les Cinq Etoiles sur "un programme réalisable et partagé par une large majorité parlementaire", a expliqué à la presse le chef du PD, Nicola Zingaretti, à l'issue d'une réunion d'état-major.

Il a posé cinq conditions précises au M5S, une formation née de la dénonciation du vieux système politique et de la corruption mais parcourue par de multiples courants dont l'un fortement eurosceptique.

"Appartenance loyale à l'Europe, pleine reconnaissance de la démocratie représentative et de la centralité du parlement, développement basé sur le respect de l'environnement, changement de cap dans la gestion des flux migratoires avec un rôle prééminent de l'Europe, virage dans la politique économique et sociale vers davantage de redistribution et d'investissements".

Le M5S n'a pas répondu à l'offre du PD, disant vouloir "attendre la fin des consultations" du président qui seront lancées dans l'après-midi mais il a rappelé, dans un communiqué, qu'il est "le premier parti au parlement, avec sa propre majorité relative".

En effet, et même si les rapports de force se sont inversés depuis, le M5S avait recueilli, aux législatives du printemps 2018, 32% des suffrages contre seulement 17% pour la Ligue de Matteo Salvini. Aujourd'hui, les sondages les créditent respectivement de 16/17% et 36/38%.

Sûr de sa bonne étoile et de la "protection du coeur immaculé de Marie", M. Salvini a maintenu sa ligne: il réclamera au président "la voie royale" du retour aux urnes.

Il s'est moqué mercredi de ses anciens "amis" Cinq Etoiles: "demandez-leur ce qu'ils pensent des cinq points de Zingaretti, ils ont un sacré estomac, en une semaine ils sont passés de la Ligue à Renzi".

L'idée d'une telle alliance avait été lancée par l'ancien Premier ministre PD Matteo Renzi, ennemi juré de la Ligue, mais aussi du M5S, après la rupture, le 8 août, par le chef de la Ligue de l'union contractée 14 mois plus tôt avec les Cinq Etoiles.

M. Renzi a dit à l'AFP espérer que pourra "s'ouvrir une nouvelle page pour l'Italie", soulignant que "l'accord entre le M5S et le PD peut être une solution", en dépit des fortes inimitiés du passé.


- pas de temps à perdre -


Après une discussion avec son expérimenté prédécesseur Giorgio Napolitano (président de 2006 à 2015), Sergio Mattarella recevra les présidents du Sénat et de la Chambre des députés et tous les groupes parlementaires.

M. Mattarella "ne perdra pas de temps et surtout ne permettra pas qu'on lui en fasse perdre", estime mercredi dans La Stampa, Ugo Magri, journaliste spécialisé dans l'analyse du rôle d'arbitrage du président.

Pour dénouer la crise, le président Mattarella dispose d'un éventail d'options, y compris un scrutin dès l'automne.

Mais il est notoirement réticent à cette idée car les élections tomberaient pile au moment où la troisième économie de la zone euro, en panne et très endettée, devra présenter à la Commission européenne son projet de budget pour 2020.

"