Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Italie: quels scénarios après la démission du premier ministre Giuseppe Conte?

mercredi 21/août/2019 - 03:13
La Reference
طباعة

Le premier ministre italien, Giuseppe Conte, a présenté sa démission mardi, mettant un terme au gouvernement de coalition entre la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 étoiles (M5S).

L’Italie s’enfonce dans une nouvelle crise politique. Le premier ministre Giuseppe Conte a remis mardi sa démission au président de la République, Sergio Mattarella. Le chef du gouvernement avait annoncé sa décision au Sénat peu avant, profitant de son discours pour critiquer Matteo Salvini, leader de la Ligue du Nord. Il lui a notamment reproché d’avoir déclenché la crise politique le 8 août quand il a mis fin à la coalition, au pouvoir depuis 14 mois, composée de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles (M5S). Le président Mattarella a désormais la lourde tâche de sortir son pays de l’impasse. Plusieurs scénarios s’offrent à lui.

● Un gouvernement de transition 

Sergio Mattarella pourrait opter pour un gouvernement de transition chargé de l’élaboration du budget 2020, dont les arbitrages ont lieu à l’automne. Les caisses de l’État doivent combler un trou de 23 milliards d’euros et si rien n’est fait, la TVA augmentera automatiquement l’année prochaine. Giuseppe Conte pourrait se retrouver à la tête de ce gouvernement technique d’intérim. De nombreux observateurs estiment, en effet, que le premier ministre démissionnaire a gagné en popularité à la suite de cette crise politique. Au Sénat, il a été accueilli par une banderole «Conte, l’Italie t’aime». Si cette option était effectivement privilégiée par le président, les élections pourraient être repoussées à la fin de l’année, au lieu de l’automne, voire à l’année prochaine.

 Un retour aux urnes à l’automne

Si Matteo Salvini a provoqué la chute du gouvernement, c’est justement pour que des élections législatives anticipées soient organisées entre fin octobre et début novembre. Le désormais ex-ministre de l’Intérieur est sorti grandi des élections européennes où la Ligue a recueilli 34.3% des voix contre 17.35% lors des élections législatives de 2018. D’après les derniers sondages, le parti d’extrême droite recueillerait actuellement entre 36 et 38% des intentions de votes. Un score suffisant pour former un gouvernement avec le gouvernement néofasciste Fratelli d’Italia. Les autres partis politiques n’ont, eux, pas forcément intérêt à se lancer dans une nouvelle bataille électorale, surtout à l’automne, période durant laquelle le budget est décidé.

● Une alliance de raison entre le M5S et le Parti démocrate (PD)

À la surprise générale, c’est l’ex-premier ministre démocrate Matteo Renzi qui a évoqué cette alliance inédite le premier, bien qu’il s’y soit fortement opposé en 2018. Il s’agirait d’un mariage de raison qui couperait l’herbe sous le pied de Salvini. Le Mouvement 5 étoiles et le Parti démocrate disposent, si l’on compte également les non-inscrits de sensibilité de gauche également, de plus de 350 sièges sur 630 à la chambre et de 177 sur 319 au Sénat. Le fondateur du M5S, Beppe Grillo, a accueilli la proposition favorablement soulignant que son mouvement aurait tout à perdre avec de nouvelles élections. Entre mars 2018 et mai 2019, le M5S est passé de plus de 32% des voix à 17% seulement.

Reste à savoir si le président Mattarella acceptera cette coalition, lui qui ne semble guère enchanté à l’idée d’organiser des élections. Selon la Constitution italienne, le président de la République doit consulter les présidents des deux Chambres du Parlement ainsi que les chefs des groupes politiques des deux Assemblées, avant de pouvoir nommer un nouveau premier ministre. Il commencera d’ailleurs les rencontres ce mercredi. Le risque d’une telle coalition serait, en cas d’échec, de renforcer la ligue de Salvini. Et son score aux prochaines élections prévues, normalement, en 2023.

● Une alliance «Ursula» entre europhiles

Cette autre piste a également été suggérée par un ancien premier ministre. Romano Podri, aussi connu comme président de la Commission européenne de 1999 à 2004, propose, lui, un gouvernement proeuropéen composé du Parti démocrate, du M5S et de Forza Italia, le parti de centre- droit de Silvio Berlusconi. Cette grande coalition europhile a été baptisée «Ursula», du nom de la nouvelle présidente allemande de la Commission européenne, Ursula don der Leyen. Ce rassemblement des forces de droite et de gauche aurait surtout comme visée, là encore, de marginaliser Matteo Salvini.

"