Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Allemagne: arrestation de la veuve d'un djihadiste rappeur tué en Syrie

mardi 10/septembre/2019 - 12:34
La Reference
طباعة

La veuve d'un ex-rappeur allemand, devenu un combattant du groupe État islamique et tué lors d'une frappe américaine en Syrie début 2018, a été arrêtée à Hambourg, a annoncé ce lundi le parquet fédéral de Karlsruhe.

» LIRE AUSSI - L’ONU critique le traitement des djihadistes français

Omaima A., une Germano-Tunisienne qui s'était rendue un an en Syrie, est soupçonnée d'avoir prêté allégeance au groupe État islamique (EI) et tenté de recruter de nouveaux membres pour l'organisation djihadiste. Elle avait rejoint en 2015, accompagnée de ses trois enfants, la Syrie en passant par la Turquie où elle avait retrouvé son époux d'alors, identifié comme Nadar H.

» VOIR AUSSI - « Il n’y a pas de solution miracle pour juger les djihadistes français »

« Il n’y a pas de solution miracle pour juger les djihadistes français »
Marc Hecker, spécialiste des questions de terrorisme à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI), évoque le sort des 1.300 Français partis combattre dans les rangs de Daech, dont 400 seulement sont revenus.
Current Time 0:29
Duration 16:59
Loaded2.93%
 

Tous les cinq ont dans un premier temps vécu à Raqqa, capitale autoproclamée du «califat» où la jeune femme élevait ses enfants «dans l'idéologie islamique» tout en recevant une aide financière de l'EI, selon le parquet allemand. Lors de la mort de son époux dans une attaque aérienne à Kobane au printemps 2015, elle a reçu en compensation quelque 1300 dollars de la part de l'EI. Quelques mois plus tard, elle épousa, selon la loi islamique, Denis Cuspert, l'un des combattants étrangers de l'EI les plus connus.

Cet ancien rappeur germano-ghanéen, autrefois célèbre sous son nom de scène Deso Dogg, était apparu dans plusieurs vidéos de l'organisation djihadiste, notamment une dans laquelle il tenait une tête coupée, selon le département d'État américain. Il avait été identifié comme un recruteur du groupe EI pour les germanophones. Selon des responsables américains, il aurait proféré des menaces contre l'ancien président Barack Obama ainsi que contre des citoyens américains et allemands. Il aurait également encouragé des musulmans vivant dans des pays occidentaux à commettre des attentats.

Mais après près d'un an de vie commune avec lui, et à la suite de nombreuses disputes, Omaima A., enceinte d'un quatrième enfant, a décidé en septembre 2016 de retourner en Allemagne, précise le parquet de Karlsruhe. Depuis, elle vivait discrètement à Hambourg où elle travaillait dans une agence événementielle et comme interprète, selon plusieurs médias allemands. Mais en avril, une journaliste libanaise révéla son identité après avoir eu accès au contenu du téléphone de Omaima A. sur lequel la jeune femme se présentait au côté de son ancien compagnon Denis Cuspert ou encore en portant des armes. L'Allemagne a ces dernières années jugé plusieurs anciens combattants de l'EI et, en avril, a ouvert le premier procès contre une femme revenue de Syrie.


"