Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Mogadiscio avoue son incompétence face aux Shebab : « Le gouvernement n'a pas réussi à maintenir la sécurité dans le pays », déclare un expert à « La Référence »

samedi 14/septembre/2019 - 12:36
La Reference
طباعة

Le gouvernement somalien a cherché à mettre fin aux opérations armées afin d’arrêter le bain de sang qui a couté la vie à de nombreux innocents, mais n’a pas pu le faire, a déclaré son ministre des Finances, Abdul Rahman Daali Bailey, reconnaissant l'incapacité de la Somalie à faire face aux menaces du mouvement terroriste Shebab l'intérieur du territoire somalien.

Dans une interview accordée à Voice of America, Daali Bailey, a souligné que le gouvernement ne pouvait pas mettre fin à l'interdiction des redevances imposées par al-Shabaab aux commerçants, en particulier à Mogadiscio, soulignant que le gouvernement était confronté à un défi de taille dans la lutte contre le mouvement. .

Les Shebab disposent de plusieurs mécanismes de financement, notamment l’imposition de redevances et de taxes aux résidents locaux, hommes d’affaires et commerçants, ainsi que le commerce illicite de stupéfiants et de produits de contrebande, puis la rançon versée pour libérer les otages.

En 2018, des informations et des rapports de la ville de Jowhar, capitale de l'État d'Hershbili, indiquaient que les marchands de la ville avaient cessé d'acheter des marchandises de la capitale Mogadiscio en raison du mouvement actif dans cet État d'imposer des taxes sur les marchandises transportées de Mogadiscio à Jowhar.

« La reconnaissance du gouvernement somalien signifie son incapacité à diriger le pays, à assurer la sécurité et à éliminer le mouvement terroriste al-Shabaab », a pour sa part déclaré Mohamed Izz al-Din, chercheur dans les affaires africaines.

Il a souligné dans une déclaration à La Référence que la dépendance du mouvement terroriste à l'imposition de redevances préfigurait la survenue d'opérations armées du mouvement au cours de la période à venir, ajoutant que les redevances étaient l'une des sources de financement les plus importantes sur lesquelles il s'appuie énormément;

Selon le chercheur, le gouvernement somalien vit récemment dans la confusion, à cause des déclarations de responsables et de certains ministres, ce qui donne une impression négative du peuple somalien, ainsi que des Shebabs dans cet État fragile.

"