Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Frères musulmans et les milices libyennes : Ankara soutient par les armes et envoie la facture à Doha

dimanche 15/septembre/2019 - 01:06
La Reference
طباعة

Le danger que représente la crise libyenne pour la sécurité nationale dans la région, en particulier dans le Sahara, pousse l'armée nationale libyenne à agir rapidement pour éliminer les milices et les organisations terroristes qui ont provoqué le chaos en Libye.

Interdiction des armes

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, le Libanais Ghassan Salamé, a appelé devant le Conseil de sécurité des Nations unies à un cessez-le-feu et à la négociation, ainsi qu'à l'activation de la résolution des Nations unies interdisant la fourniture d'armes à la Libye, parce que cette solution constitue, du point de vue de Ghassan, la seule solution à la crise.

Mais l'armée libyenne a réagi au point de vue de l'envoyé des Nations Unies dans son pays en bombardant violemment les milices du gouvernement islamiste Al Wefaq au sud de la capitale Tripoli, en ciblant la concentration de terroristes dans les axes d'Ain Zara…

Le général Ahmed al-Mesmari, porte-parole de l'armée libyenne, a dans son communiqué, déclaré que la Libye était engagée dans une bataille contre la Turquie sur le terrain, ajoutant qu'Erdogan continuait de manipuler les milices libyennes et envoyait des armes et du matériel militaire aux terroristes.

Al-Mesmari a également appelé la communauté internationale, les pays de la région et la Ligue arabe à prendre position sur cette escalade turque en direction des forces libyennes, qui représentent l'Etat libyen et le Parlement libyen légitime.

« L'intervention turque menace la région dans son ensemble et nous sommes maintenant dans une bataille contre le terrorisme, officiellement déclarée depuis 2014. Le rôle des Turcs et Qatariens nous sont maintenant révélés et nous avons abouti à la guerre directe entre les forces armées libyennes et l'armée turque", a-t-il déclaré.

Les députés libyens et la diplomatie de la guerre

D'autre part, le membre de la Chambre des représentants libyenne Abdul Muttalib Thabit, a fait état de la profondeur des relations égypto-libyennes et le soutien total de l'Égypte à la sécurité et à la stabilité de la Libye, contrairement au rôle négatif joué par des pays tels que la Turquie et le Qatar qui soutiennent les milices libyennes avec des armes et des fonds.

Il a souligné que les Libyens étaient déterminés à combattre le courant turc et à résister au terrorisme, soulignant les efforts du Parlement libyen engagé dans une bataille diplomatique, faisant face à l'intervention turque en publiant des déclarations claires dans ce contexte et en soumettant un mémorandum aux Nations unies, ainsi que des visites internationales à Bruxelles et à l'Union européenne selon lesquelles la Turquie soutenait le terrorisme.

Il a rappelé au sérieux rôle joué par l’«État du Qatar» dans son soutien aux milices libyennes, soulignant que la Turquie et le Qatar avaient violé l'embargo sur les armes imposé à ces milices et que tout le monde connaissait l'ampleur du chaos dans la fourniture de ces éléments en plein jour.

Mercenaires de la conciliation, Ankara soutient et Doha paye

Dans une déclaration faite à La Référence, le chercheur spécialisé dans les affaires libyennes, Abdul Sattar Hittita, déclaré que les milices terroristes comptent sur la collecte d'armes de la Turquie et du Qatar afin de provoquer le chaos et de contrôler les capacités du peuple libyen.

Hattita a ajouté que le gouvernement Wefaq dépend dans sa guerre contre l'armée libyenne des mercenaires et des milices, payés par le Qatar et soutenus par la Turquie avec des armes passant en fraude à travers la Méditerranée et les frontières, mais n'hésite pas à recourir à l'utilisation de l'Etat islamique ou d'Al Qaida.

"