Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

La France plaide en faveur du retrait du Soudan de la liste noire américaine

lundi 16/septembre/2019 - 12:49
La Reference
طباعة

« Nous allons user de notre influence pour que le Soudan soit retiré de cette liste » a indiqué le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lors d’une visite à Khartoum ce lundi 16 septembre. Le pays y figure depuis 20 ans.

                                                   

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré que la France ferait pression en faveur du retrait du Soudan de la liste noire américaine des « Etats soutenant le terrorisme », à l’occasion d’une visite à Khartoum lundi.

Lors de cette visite, la première du genre de la part d’un haut diplomate français en plus d’une décennie, M. Le Drian a également plaidé pour la réintégration du Soudan à la communauté internationale.

Le déplacement de M. Le Drian intervient alors que le Soudan est entré dans une période de transition, après des décennies d’autoritarisme sous Omar el-Béchir, destitué par l’armée le 11 avril sous la pression populaire.

« Je préfère mourir plutôt que de retourner au Soudan »

« Nous allons user de notre influence pour que le Soudan soit retiré de cette liste » américaine, a indiqué le ministre français lors d’une conférence de presse avec son homologue Asma Mohamed Abdallah, la première femme à tenir ce poste au Soudan.

Cela permettrait « une relation nouvelle (du Soudan) avec les institutions financières (...) Les engagements pris, la manière dont l’armée a perçu son rôle pendant cette période, tout cela va dans le sens d’une sortie du Soudan de cette liste », a-t-il répondu à une question de l’AFP sur le sujet.

Le Soudan massacre les manifestants : qui sont les responsables ?

Le Soudan est inscrit sur la liste noire depuis 1997

L’inscription depuis des décennies du Soudan sur cette liste et les sanctions américaines imposées pendant 20 ans (1997-2017) ont isolé ce pays et asphyxié son économie. La contestation qui a mené à la destitution de M. Béchir a été déclenchée en décembre 2018 par le triplement du prix du pain.

Les Etats-Unis avaient accusé le Soudan de soutenir des groupes jihadistes --le fondateur du réseau Al-Qaïda, Oussama ben Laden, a vécu à Khartoum entre 1992 et 1996-- et de violation des droits humains notamment au Darfour.

M. Le Drian a également rencontré le Premier ministre Abdallah Hamdok et le général Abdel Fattah al-Burhane, chef du Conseil souverain, un organe composé à la fois de civils et de militaires, fruit d’un accord âprement négocié entre l’armée et la contestation sur la période de transition.

Il a aussi réitéré le soutien de la France à Khartoum face aux défis à venir: reconstruire une économie moribonde et conclure des accords de paix avec les groupes rebelles dans les zones de conflit des Etats du Darfour, du Kordofan-Sud et du Nil-Bleu.

"