Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Les motivations secrètes de l’invasion qatarie: Doha exploite les « associations caritatives » pour diffuser l’extrémisme en Europe

mardi 17/septembre/2019 - 12:18
La Reference
طباعة

Le Qatar ne cesse de soutenir le terrorisme en Europe par le biais de nombre d’organisations qu’il finance dont Qatar Charity ou l’organisation d’enseignement Qatar Foundation, outre la Mission islamique AIM.

Qatar Charity a été fondée en 1992 en prétendant offrir des aides humanitaires dans 70 pays en faveur des réfugiés et des victimes des catastrophes naturelles et des guerres. En 2012, elle a ouvert une branche à Londres, qui est son siège.

La chaîne belge RTBF a indiqué que Qatar Charity est financée par l’émir du Qatar en personne. Elle a cité le journaliste Christian Chesnot qui a affirmé que le Qatar avait 140 projets en Europe : centres culturels, mosquées et associations islamiques, gérés par les Frères musulmans d’Europe, malgré les démentis du Qatar de ses liens avec ces projets.

Le Qatar utilise les médias pour donner une image favorable des organisations qu’il soutient comme l’organisation de la Mission islamique, dont nombre de ses membres se sont vus refuser l’entrée aux Etats-Unis, du fait de leurs liens avec les Frères musulmans.

Il faut citer aussi l’association des Musulmans de Neuchâtel et le groupe de femmes « Nour al-Islam » qui prétendent appartenir à l’islam modéré, alors qu’ils ont invité au moins 6 fois à Abou Ramadan qui a affirmé la nécessité de tuer les non-musulmans.

Pour sa part, le spécialiste de l’islam politique Sameh Id a affirmé que les centres islamiques en Europe étaient soumis à une surveillance stricte, mais que le régime qatari tente de s’implanter là-bas par le biais de ces associations.

Et Id indique que le danger de ce financement qatari pour l’Europe réside dans son désir de répandre l’islam politique, pour contrôler les associations et répandre les idées extrémistes, ce qui incite au confessionnalisme, loin de l’islam modéré.

"