Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Al-Qaïda peut-elle menacer les Etats-Unis 18 ans après les attentats du 11 septembre ?

mercredi 18/septembre/2019 - 12:26
La Reference
طباعة

Depuis les attaques du 11 septembre contre les tours jumelles de Newyork en 2001, tout a changé même l’organisation d’al-Qaida elle-même - accusée d'avoir perpétré les attaques. Lorsque les attaques du 11 septembre ont eu lieu en 2001, les Etats-Unis étaient la principale cible de l'organisation. Mais durant toutes ces années, les Etats-Unis ne sont pas restés les bras croisés sur le plan de la sécurité et de l'armée. Et Al-Qaïda a changé de stratégie. Sans abandonner le grand ennemi qu’est les Etats-unis, l’organisation s’est focalisée davantage sur les alliés de Washington et ses intérêts dans les zones d'influence du groupe. Selon Ali Bakr, chercheur spécialiste des mouvements terroristes au Centre d’études politiques et stratégiques Al-Ahram, il est nécessaire de faire la distinction entre « l’organisation-mère» et les branches d’al-Qaïda ou les groupes d’al-Qaïda dans le monde. « L’organisation mère, actuellement dirigée par Ayman al-Zawahiri, n'a pas de véritable structure sur le terrain et ne dispose plus de groupes armés lui permettant de lancer des attaques terroristes. Tout ce que ses dirigeants peuvent faire, c'est de se cacher des services de sécurité américains », affirme Bakr. Le chercheur ajoute que le réel danger d’Al-Qaïda réside dans la force acquise à travers le ralliment de plusieurs groupes dans plusieurs pays, notamment Al-Qaïda au Sahel et dans la région du Sahara, Al-Qaïda au Maghreb islamique, le Front Al-Nusra en Syrie, Al-Qaïda en Libye et les Shabaab en Somalie. Au fil des années d’affrontement avec les États-Unis après le 11 septembre, l’organisation a renforcé ses antennes en tirant parti de la montée rapide de l’organisation terroriste Daech et les zones de conflit qui ont vu le jour en Syrie et en Iraq, pour renforcer ses rangs. Selon Ali Bakr, cette stratégie a été favorablec à Al-Qaïda en général. Bakr affirme qu’aujourd’hui, Al-Qaïda n’est plus une menace pour les Etats-Unis, et il est difficile de parler d’opérations dans l’arrière-cour de Washington, non seulement en raison des progrès de la sécurité et des renseignements aux États-Unis et dans le monde, mais aussi à cause de la présence d’un plus grand danger, les groupes affiliés à Al-Qaïda. Ces groupes sont capables d’attaquer les intérêts des pays occidentaux, et ceux des États-Unis dans leurs sphères d'influence.


"