Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Maroc : Un conflit frénétique en passe de faire éclater le Parti de la justice et le développement

jeudi 19/septembre/2019 - 12:05
La Reference
طباعة

La loi de la francisation de l’éducation au Maroc plane toujours sur l'aile des Frères musulmans au Maroc, avec son bras politique et de la Daawa. Certains députés du Parti de la justice et le développement, issu des Frères musulmans ont manifesté leur colère à propos de la loi-cadre sur l'enseignement dans le Royaume chérifien.

Le chef de l'Organisation pour l'unification et la réforme, Abdul Rahim al Sheikhi, a critiqué ses camarades du mouvement, dont le membre du Secrétariat général du Parti de la justice et du développement, Khalid Samadi, qui est secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il a qualifié de "contradictoire" la nouvelle loi-cadre qui promeut l'éducation plurilingue au Maroc, notamment la modification du système d'éducation, de formation et de recherche scientifique.

« Les positions de Samadi sur le sujet sont contradictoires à la position du parti pour expliquer son vote d'abstention des articles 2 et 31, que j’avais déjà rejetés », a dans un long article publié sur le site Web du mouvement Tawhid et Réforme, écrit le chef du mouvement.

La loi portant francisation de l'enseignement a occupé une partie importante de la réunion du Secrétariat général du Parti de la justice et du développement dimanche dernier (25 août), lors de laquelle le premier Secrétaire général adjoint du parti, Suleiman El-Amrani, a déclaré que cette réunion était l'occasion de rappeler les considérations qui ont présidé à la position d'Al-Baijidi sur le projet et de mentionner la discipline générale aux deux groupes parlementaires à l’Assemblée nationale.

Ahmed al-Raysouni, président de l'Union internationale des érudits musulmans (l'une des armes des Frères musulmans), a poursuivi ses

attaques contre le gouvernement « ottoman » et le Parti de la justice et du développement, affirmant qu'Al-Baijidi avait massacré la langue arabe avant de la louer en public.

Rissouni a expliqué dans un article intitulé « L'échec de l'arabisation » que les députés du Parti de la Justice et du Développement ont parlé de l'échec de l'arabisation, ce qui a conduit à l'échec de l'éducation et au chômage ainsi qu’au retard de la civilisation, accusant le gouvernement dirigé par les Frères musulmans d'être à l'origine de l'échec de l'éducation au Maroc

"