Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

L’Arabie saoudite accuse l’Iran d’avoir «parrainé» les attaques de drones

jeudi 19/septembre/2019 - 12:19
La Reference
طباعة

Riyad a assuré mercredi que les attaques ayant visé samedi deux infrastructures pétrolières provenaient du «Nord» et qu’une enquête allait déterminer le lieu exact du lancement. De son côté, l’Iran nie toujours avoir joué un rôle dans ces assauts, alors que Donald Trump a annoncé le durcissement des sanctions envers Téhéran.

L’Arabie saoudite a accusé mercredi l’Iran d’avoir «incontestablement parrainé» les attaques contre deux infrastructures pétrolières majeures du royaume, assurant qu’elles provenaient du «Nord» et qu’une enquête allait déterminer le lieu exact du lancement. Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a été dépêché dans le royaume, premier exportateur mondial de pétrole, réaffirmant à son arrivée la responsabilité de l’Iran selon les États-Unis et qualifiant l’attaque «d’acte de guerre». «L’attaque a été lancée depuis le Nord et a été incontestablement parrainée par l’Iran», a déclaré de son côté le porte-parole du ministère de la Défense saoudien, Turki al-Maliki, au cours d’une conférence de presse pour présenter les conclusions d’une enquête officielle, lors de laquelle ont été dévoilés des débris de «drones» et de «missiles de croisière». Selon lui, 18 drones et sept missiles de croisière ont frappé samedi les deux sites après avoir été lancés d’un endroit qui n’est pas le Yémen, situé au sud de l’Arabie saoudite, où les rebelles Houthis ont pourtant revendiqué l’attaque.

Le responsable saoudien n’a toutefois pas directement accusé l’Iran d’avoir lancé les attaques depuis son territoire, affirmant seulement sa certitude quant aux capacités du royaume à trouver le lieu de lancement à l’issue de l’enquête. Pour sa part, Téhéran dément avoir joué le moindre rôle dans les attaques contre l’Arabie saoudite, son rival régional, qui ont fait baisser de moitié la production de pétrole du royaume et fait flamber les prix du brut, avant un repli. La République islamique apporte en revanche un soutien politique aux rebelles yéménites Houthis. Riyad intervient militairement au Yémen depuis 2015 dans le cadre d’une coalition pour soutenir le gouvernement contre les rebelles.

            
"