Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Mohammad Javad Zarif met en garde contre "une guerre totale" si l'Iran est frappé sur son sol

vendredi 20/septembre/2019 - 05:49
La Reference
طباعة

Les États-Unis ou l'Arabie saoudite déclencheraient "une guerre totale" s'ils leur venaient l'idée d'attaquer l'Iran, a déclaré, jeudi, le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif dans un entretien diffusé par CNN.

La réponse de Téhéran ne s'est pas fait attendre. Après que le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a évoqué un "acte de guerre de l'Iran" suite à des frappes de drones sur des pétroliers saoudiens, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré, jeudi 19 septembre, que les États-Unis ou l'Arabie saoudite déclencheraient un conflit armé s'ils venaient à attaquer Téhéran.

Interrogé par la chaîne de télévision américaine CNN sur ce que serait "la conséquence d'une frappe militaire américaine ou saoudienne sur l'Iran", Mohammad Javad Zarif a répondu d'un air grave : "Une guerre totale."

"Nous ne voulons pas la guerre, nous ne voulons pas nous lancer dans un affrontement militaire. Nous pensons qu'un conflit armé reposant sur une supercherie est quelque chose d'affreux. Mais nous ne tremblons pas quand il s'agit de défendre notre territoire", a ajouté le ministre iranien.

Sur Twitter, Mohammad Javad Zarif a dénoncé jeudi "l'agitation" orchestrée, selon lui, autour des récentes attaques contre des installations pétrolières saoudiennes afin de préparer l'opinion mondiale à une guerre contre l'Iran. "'Acte de guerre' ou AGITATION en vue d'une GUERRE ?", a-t-il écrit en réponse aux propos tenus mercredi par Mike Pompeo.

"Ils veulent rejeter la faute sur l'Iran"

Riyad a, de son côté, affirmé que Téhéran avait "incontestablement parrainé" ces attaques menées par voie aérienne et revendiquées par les rebelles houthis du Yémen, soutenus par Téhéran. "C'est fabriqué de toutes pièces", a déclaré Mohammad Javad Zarif à CNN.

Donald Trump a laissé entendre qu'il n'excluait aucune "option" contre l'Iran après ces attaques. Depuis dimanche, l'Iran a rejeté à plusieurs reprises les accusations américaines et saoudiennes le tenant pour responsable des attaques contre les installations du groupe pétrolier saoudien Aramco.

Le président iranien, Hassan Rohani, a toutefois qualifié ces raids d'"avertissement" lancé par "les Yéménites" à Riyad, qui dirige depuis 2015 une coalition armée au Yémen contre les rebelles houthis. L'Iran, qui se défend d'armer ces derniers, dénonce régulièrement les frappes aériennes de la coalition, qui, selon l'ONU, sont à l'origine de la pire catastrophe humanitaire en cours sur la planète.

            
"