Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Nouvelles sanctions US: l'Iran dénonce une attaque contre la population

samedi 21/septembre/2019 - 05:30
La Reference
طباعة
Les nouvelles sanctions
américaines contre la Banque centrale iranienne sont une
tentative visant à priver la population iranienne d'accès à la
nourriture et aux médicaments, a dénoncé samedi Mohammad Javad
Zarif, le chef de la diplomatie de la république islamique.
    "C'est un signe du désespoir de l'administration
américaine", a commenté Zarif devant des journalistes, après son
arrivée à New York où il participe à l'Assemblée générale
annuelle des Nations unies.
    "Quand les Américains frappent de façon répétitive les mêmes
institution, cela signifie que leur effort pour mettre la nation
iranienne à genou dans le cadre de leur 'pression maximale' a
échoué", a-t-il ajouté.
    "Mais bloquer l'accès de la population iranienne à la
nourriture et aux médicaments est une initiative dangereuses et
inacceptable", a poursuivi le ministre.
    Washington, à la suite des attaques du week-end dernier
contre des installations majeures de la compagnie pétrolière
saoudienne Aramco, a imposé vendredi une nouvelle série de
sanctions contre l'Iran, frappant de nouveau sa Banque centrale
et son fonds souverain, le Fonds de développement national.
    Ryad et des responsables américains estiment que l'Iran est
derrière ces frappes contre les sites d'Abkaïk et de Khouraïs,
qui, dans les premières heures, ont réduit de moitié la
production pétrolière saoudienne.
    L'Iran dément toute responsabilité dans ces attaques,
revendiquées par les rebelles Houthis du Yémen, proches de
Téhéran.
    Par ailleurs, des informations relayées sur les réseaux
sociaux font état d'une cyberattaque visant un certain nombre de
serveurs et de sites internet iraniens, liés pour certains à des
entreprises du secteur pétrochimique.
    Aucun commentaire officiel n'a été fait pour l'instant, et
le site de la NIOC, la principale compagnie pétrolière
iranienne, semblait fonctionner normalement samedi matin.
    L'ONG NetBlocks, qui surveille la cybersécurité sur
internet, a fait état de "perturbations intermittentes" et
limitées frappant depuis vendredi soir certains services
iraniens en ligne. 
    Mais elle ne se prononce pas sur l'origine de ces
perturbations et observe que ses données peuvent être le signe
d'une cyberattaque autant que d'un incident technique.
    Zarif a précisé qu'il rencontrerait mercredi les ministres
des Affaires étrangères des cinq autres pays toujours
signataires de l'accord de juillet 2015 sur le nucléaire iranien
(France, Grande-Bretagne, Allemagne, Chine et Russie).
    Les Etats-Unis, sous la houlette de Donald Trump, se sont
retirés en mai 2018 du Plan d'action global commun (PAGC, ou
JCPOA selon son acronyme en anglais), la dénomination officielle
de l'accord de Vienne.

"