Président et rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Conseiller éditorial
Roland Jacquard
ad a b
ad ad ad

Nouvelles sanctions US: l'Iran dénonce une attaque contre la population

samedi 21/septembre/2019 - 05:49
La Reference
طباعة

Alors que l'Arabie saoudite faisait face à une attaque terroriste de la part de la milice terroriste houthie soutenue par le régime des mollahs sur ses installations pétrolières, le régime turc dirigé par Recep Tayyip Erdogan a fait des déclarations contradictoires allant à l'encontre de ce qui se passe. Ce qui fait l’évidence du soutien turc au terrorisme.

Sommet d'Ankara

Le dimanche 16 septembre, lors du sommet tripartite sur la Syrie dans la capitale turque, Ankara, auquel ont participé les présidents turc, iranien et russe, Erdogan a été interrogé sur l'attentat terroriste perpétré le 14 septembre en cours contre Aramco, deux installations pétrolières saoudiennes. « Les attaques sont une conséquence de la guerre au Yémen, a-t-il déclaré, indiquant explicitement qu'il cautionnait l’attaque contre les installations pétrolières saoudiennes qui seraient la cible d'attaques terroristes.

Le 30 mars 2015, le président turc a annoncé son soutien aux opérations de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite contre la milice Houthi soutenue par l'Iran, mettant en garde contre le danger de Téhéran pour le Moyen-Orient. Cependant, le simple fait que l'attaque ait eu lieu contre Aramco, Erdogan change conformément sa position à l'approche iranienne. Et c'est normal, d’autant plus qu’il avait fait ces déclaration lors du sommet tripartite entre la Russie, la Turquie et l’Iran et en présence de Hassan Rohani.

Critique de tempête

Les déclarations contradictoires du président turc ont suscité une vague de critiques de la part de divers partis: le peuple saoudien a répondu à Erdogan en lançant un hashtag sur Twitter intitulé «Erdogan et l'Iran sont nos ennemis». Ledit hashtag a été témoin d'une large interaction entre les Saoudiens. Ils ont publié un certain nombre de photos montrant Erdogan aux côtés des premiers ministres israéliens et serrant la main des terroristes iraniens, confirmant même que la Turquie et l’Iran étaient à l’origine du terrorisme et des ennemis historiques de l’Arabie saoudite.

Dans son tweet, l'écrivain saoudien Hamad Al Majid a écrit : « M. Erdogan vous n’avez pas été honnête ni juste dans votre question, car vous savez que notre guerre au Yémen n'est pas avec les Yéménites, mais contre les milices houthies,

qui sont les griffes de l'Iran pour occuper le Yémen, contre la stabilité de notre pays. »

La réponse du Yémen à Erdogan

Dans le même contexte, le ministre yéménite de l'Information, Mouammar al-Iryani a dans un tweet écrit contre le président turc à la suite de ses remarques sur l'attaque contre Aramco, déclarant: « Les déclarations d’Erdogan sur le ciblage des usines de pétrole saoudiennes, Aramco, sont contre les faits, et une tentative lâche de justifier un acte terroriste », le ministre yéménite a souligné que le président turc exploitait les événements au Yémen;

Al-Iryani a confirmé que la coalition saoudienne soutenait la légitimité du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi en appuyant le gouvernement légitime, l'armée et le peuple du Yémen dans la bataille pour restaurer l'État et renverser le coup d'État de la milice Houthi soutenue par l'Iran. Guerre qui dure près de sept mois après la prise de contrôle de la capitale Sanaa et le contrôle des institutions étatiques et leurs infiltrations dans la province d’Aden.

"