Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Exclusivité du Président de l'Association "Nahdat Al-Olama" en Indonésie à la Référence : Nous coopérons avec Al-Azhar pour prôner un Islam centriste

jeudi 20/septembre/2018 - 02:07
La Reference
طباعة

Par Islam Mohammed

 

À la lumière de la controverse croissante sur le Monde musulman relative aux concepts de modération, et aux différences entre les approches sur différents domaines de la Daawa, il y a nécessité d’identifier les visions les plus importantes qui portent sur le traitement de ces questions. c’est  la raison pour laquelle la «Référence» a obtenu cette exclusivité avec le Président du Conseil consultatif de l’Association la Renaissance des Uléma de l’Indonésie et aussi le superviseur de l'Association des étudiants indonésiens en Egypte. Makhlassan Jalal al-Din, comme c’est de lui il s’agit, nous a expliqué le concept de «l'Islam Nusantara» adopté par ladite Assemblée, qui est l'un des plus grands groupes islamiques indonésiens dont les branches existent dans toutes les zones habitées des îles indonésiennes.

Dans cet entretien, le leader indonésien explique les dimensions du rôle joué par le groupe, son impact sur la société et les défis auxquels il a été confronté depuis sa création.

 « L’Association a été créée en 1926 pour deux objectifs principaux: améliorer la condition religieuse et éducationnnelle des enfants du peuple indonésien, la prise en charge des familles pauvres, et d'améliorer leurs conditions de vie, alors que le pays croule sous le poids de l'occupation hollandaise. Les conditions du peuple étaient très mauvaises à cette période. Il était donc obligatoire  de les améliorer, à travers un important travail institutionnel pour faire face au fardeau », indique le Président du Conseil consultatif de l’Association la Renaissance des Uléma de l’Indonésie et aussi le superviseur de l'Association des étudiants indonésiens en Egypte, M. Makhlassan Jalal al-Din.

« Nahdlatul Ulama » (NU) est la plus grande communauté musulmane du monde s’il faut prendre en compte le nombre de ses membres qui atteint les  90 millions de personnes, déclare t-il. La population indonésienne comptant plus d’un quart de milliard d’habitants, ce chiffre est bien réel selon les dernières estimations. 

Et d’ajouter que dans les zones rurales les gens adhérent plus que dans les villes, parce que les villages ont beaucoup plus besoin des services de l’association que dans les zones urbaines, à cause de la pauvreté et le manque des services éducatifs et des infrastructures de base.

En évoquant la question relative au soufisme, M. Makhlassan Jalal al-Din affirme tous les cheikhs de l'Assemblée ne sont pas soufis, bien que la plupart d'entre eux le soient. Mais il y a un grand nombre d’ordres soufis qui sont sous l'égide de la NU. Ils sont plus de 40, car il y a une commission spéciale pour évaluer leur degré de conformité à la charia.

Par ailleurs, il déclare aussi que leur association a des membres qui se définissent  comme modernistes ou modernistes, bien que leur nombre soit faible.

Par rapport à la lutte contre la propagation du terrorisme et de la pensée extrémiste au sein de la société indonésienne, le président l’Association la Renaissance des Uléma de l’Indonésie indique qu’ils avertissaient régulièrement et depuis longtemps de la gravité de la pensée qui s’est infiltrée dans leur pays et de ses effets négatifs sur la culture indonésienne tolérante. Et qu’ils œuvrent à la diffusion de la culture islamique intermédiaire au sein de la population indonésienne.

 « Le terrorisme n’est pas spécifique à un pays ou à un autre, c’est un phénomène mondial, il y a des forces internationales derrière les terroristes dans le but d’offenser la religion islamique et de les aider à nuire aux pays islamiques », rappelle M. Makhlassan Jalal al-Din.

C’est pour ce faire que « les ulémas d’Al-Azhar rôdent partout notre pays pour répandre l’islam centriste, indique-t-il, sachant qu’un grand nombre de membres de la NU sont diplômés d'Al-Azhar.

« Voilà pourquoi  notre Association est très liée à Al-Azhar car les enseignements de celui-ci, qui prône une approche centriste, nous convient de mieux. Nos deux entités adoptent la doctrine Ash'ari et la méthodologie des Sunnites et de la communauté des musulmans, mais qu’il n'y ait pas de cadre spécifique de coordination entre les deux parties », ajoute le cheikh indonésien.

Il convient de noter qu’un certain nombre d’élites de ladite association ont occupé des postes politiques importants, y compris le poste de Président de la République.

« Le président Abdurrahman Wahid alias «Gus Dur», fait partie des membres de notre association qui étaient politiciens. En revanche, l’Association fait la part des choses entre ses activités habituelles et l’exercice politique de ses membres. C’est deux choses différentes. Elle adopte le principe de ne pas exiger à ses membres une certaine orientation politique, car elle les laisse la liberté de choix en la matière. Même le parti "Nahdet al-Umma", fondé par Wahid, qui était président de l'Association, n'a obtenu comme membres un tiers d’adhérents de la Nahdlatul Ulama », déclare le président l’Association la Renaissance des Uléma de l’Indonésie.

En outre, plus d'un parti politique dans le pays obtient des voix des membres issus de l’Association. 

La NU, qui est une association purement locale, est rependue dans tout le pays notamment dans l'île de Java, et en plus dans les régions de l'Est et du centre de Java.

"