Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Un livre révèle le complot de Daech pour enrôler les femmes en Egypte

vendredi 28/septembre/2018 - 11:13
La Reference
طباعة

Moustafa Hamza

L’institution pro Daech, Al-Wafaa, vient de publier un livre dont le but est d’enrôler les femmes égyptiennes au sein de l’organisation. L’auteure du livre, une certaine Oum Nassibah, revient sur le statut des femmes à 5 périodes différentes de l’histoire moderne de l’Egypte, de la chute l'Empire ottoman en 1924 à l’époque actuelle. Elle compare la situation de la femme à ces époques à sa situation au sein de l'organisation terroriste.

Dans son livre intitulé : « Les femmes égyptiennes entre l'enfer de la démocratie et le bonheur de l’Etat islamique », Oum Hassibah s’en prend à Mohamed Ali Pacha (1805 – 1848)  pour avoir été « le premier à sortir la femme de sa maison » sous prétexte de vouloir s’ouvrir sur le monde. Elle décrit les propos de Rifaa Al-Tahtawi en faveur de l’éducation des filles et leur participation au travail de « prétextes  diaboliques pour sortir la femme de sa maison ».

Oum Nassibah s’en prend aussi à l'écrivain égyptien Qasim Amin «1863- 1908) rejetant ce qu'elle appelle « sa transgression des valeurs islamiques ». Elle tire également à boulets rouge sur la militante féministe, Hoda Shaarawy (1879-1812), fondatrice de l'association des femmes égyptiennes en 1914, pour ses appels en faveur d’une restriction des droits des hommes en matière de divorce, de l’élévation de l'âge du mariage, et de la participation de la femme à l'action politique.

 

 

L’auteure revient sur un certain nombre de lois adoptées à l'époque de Moubarak, comme celle interdisant les mutilations génitales féminines et celle du Khol’ (divorce obtenu par la femme en renonçant à ses droits financiers). « Cette loi a constitué une injustice pour beaucoup de maris», affirme Oum Nassibah qui considère comme « injustes pour la femme » la nomination de Tahani Al-Gebali au poste de juge pour la première fois en Egypte, de même que la nomination d’une femme Ma’zoun et d’une femme maire également pour la première fois.

Oum Nassiba s’en prend aussi au président déchu, Mohamed Morsi, affirmant que la participation politique de la femme a toujours fait partie de la doctrine des Frères musulmans. « Les Frères se sont intéressés aux femmes qui ne portent pas le hijab au détriment de celles qui le portent», dit elle. Elle accuse Morsi d’avoir commis une injustice en soutenant ce qu’elle considère être une « prostituée » qui a fait un procès à un cheikh qui l’avait insultée et accusée de pratiquer l'adultère sur les écrans.

Oum Nassibah affirme enfin que les femmes de Daech sont formées pour se battre, si elles le souhaitent en suivant l'exemple des femmes des compagnons du prophète. « Les femmes ne sont pas emprisonnées, mais sont placées dans des camps pour en apprendre davantage sur leur religion », conclut-elle.

"