Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

Un dirigeant de la Muhammadiyah indonésienne : Nous offrons l'Islam du juste milieux, et nous n'avons pas d'ambition politique

vendredi 28/septembre/2018 - 11:24
La Reference
طباعة

Un dirigeant de la Muhammadiyah indonésienne :  Nous offrons l'Islam du juste milieux, et nous n'avons pas d'ambition politique

 

Islam Al-Manssi

 

Al-Muhamadiyah est l’une des plus grandes associations religieuses à l'échelle mondiale, et l’un des groupes les plus influents en Indonésie. Elle compte environ 25 millions d'Indonésiens, et exerce un rôle majeur pour diffuser les valeurs de l'Islam modéré dans ce pays à majorité musulmane, et parmi les communautés indonésiennes à l'étranger.

Dans un entretien accordé à la Référence, le cheikh Zaki Rachid, président de la branche d’Al-Muhammadya en Egypte, revient sur ce projet, sa contribution dans la société indonésienne, et le concept de l’Islam progressif qu’elle prend pour slogan.

La Référence: Pouvez-vous nous expliquer l'idéologie de l'association en détail ?

Cheikh Zaki Rachid : Nous adoptons la philosophie du Ma'un, mot tiré d’une sourate du Coran, qui incite à aider les orphelins, les pauvres et les nécessiteux. L’histoire de cette philosophie remonte au début du siècle dernier. On relate que le Haj Mohammed Dahlan, qui a fondé l’association en 1912, a répété à ses disciples plus d’une fois l'exégèse de la sourate Al-Ma'un. Ils lui ont alors demandé : « pourquoi vous répétez ce que vous avez déjà expliqué ? » Et sa réponse a été : « Et pourquoi vous n’avez pas jusqu'à présent appliqué le verset ? ». D’où la philosophie de transformer les versets coraniques en réalité pratique. Il a fondé cette association pour mobiliser les efforts au service de la société.

La Référence: Quel est le concept de l'Islam progressiste dont vous faites la promotion ?

Cheikh Zaki Rachid : Ce concept réfère à la modernisation de la pensée musulmane, en s’intéressant à l'éducation, à la technologie et à l'économie, et ne pas se focaliser uniquement sur l'éducation religieuse. Malheureusement, certains ont accusé le fondateur de l'association d’avoir trangressé les enseignements de la religion islamique en appelant à construire des écoles et à ne pas se contenter des mosquées.

La Référence: Combien de membres y-a-t-il au sein de l’association ?

Cheikh Zaki Rachid : Selon les dernières statistiques 25 millions d'Indonésiens sont membres de notre association.

La Référence: Est-ce que vous avez des branches en dehors de l’Indonésie ?

Cheikh Zaki Rachid : Non. L’association ne compte que des citoyens du pays, et nous n’avons aucune branche à l'étranger. Nous inaugurerons prochainement prochainement une université en Malaisie.

La Référence: Et les écoles religieuses?

Cheikh Zaki Rachid : Nous avons un certain nombre d'écoles religieuses. Notre association adopte les idées de l’Imam Mohammed Abdou et du penseur Mohammed Rashid Rida, initiateurs d’une pensée réformatrice, qui appelle à être au service de la communauté.

La Référence: D'où vient le financement ?

Cheikh Zaki Rachid : Le financement est assuré par les Waqfs islamiques. Les revenus des écoles et des hôpitaux contribuent au financement des nouveaux projets.

La Référence: Ne cherchez-vous pas à appliquer les dispositions de la Charia islamique en Indonésie?

Cheikh Zaki Rachid : Ce n’est pas notre affaire, tout ce que nous recherchons, c’est que notre pays soit en sécurité.

Comment voyez-vous l’exercice de la politique?

Cheikh Zaki Rachid : Nous ne sommes pas un parti politique et nous n'avons pas de parti qui nous représente.

 

 

 

"