Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

La “badawiya”, confrérie sans méthode fondée par un qutb légendaire, dont les adeptes se comptent par millions

jeudi 11/octobre/2018 - 01:43
La Reference
طباعة

Sarah Rachad

Le mouled d’as-Sayyed al-Badawi, attire chaque année un nombre immense de gens, qui se dirigent vers Tanta pour commémorer la naissance d’un des qutbs (pôles) soufis et le fondateur de la confrérie Ahmadiyya (l’une des confréries les plus importantes d’Egypte).

A son propos, le professeur de philosophie islamique de l’Université du Canal de Suez, Dr Amer an-Naggar, dit dans son livre « les confréries soufies en Egypte… Naissance, système et pionniers » : « Il est vrai qu’Ahmad al-Badawi n’a pas laissé beaucoup d’œuvres, mais ce qu’il a laissé de plus beau, c’est sa ligne de conduite ». Cela a été confirmé par l’ex-cheikh d’al-Azhar, Abdel Halim Mahmoud.

Et de fait, l’école soufie fondée par al-Badawi n’est pas tant basée sur la théorisation intellectuelle que sur l’éducation des disciples. C’est d’ailleurs ce point qu’exploitent ses détracteurs pour affirmer qu’al-Badawi n’a pas fondé de méthode soufie sérieuse, mais que son prestige auprès de ses adeptes était lié à des prodiges qu’ils ont inventés après sa mort.  

Quoi qu’il en soit, la confrérie badawiyya reste une réalité vivante fondée sur un petit nombre d’ouvrages attribués à son fondateur et sur quelques prodiges provenant sans doute de l’imagination populaire.

"