Rédacteur en chef
Abdel Rahim Ali
Comité des experts conseillers
Roland Jacquard - Richard Labévière - Atmane Tazaghart - Ian Hamel
ad a b
ad ad ad

L’exemple des ‘Loups Solitaires’

samedi 31/mars/2018 - 12:53
La Reference
Ahmad Sami Abdel Fattah
طباعة

 

Introduction

Les menaces sécuritaires représentent un problème majeur pour les Etats européens. En effet, après la fin des guerres opposant des armées régulières nationales suite à la création de l’Union européenne fondée sur le principe d’une politique globale intégrant toutes les ethnies et minorités religieuses, les Européens se sont trouvés confrontés à un nouveau défi, celui des organisations extrémistes. Cependant, les règles régissant l’activité de ces dernières sont différentes de celles propres aux guerres classiques, en ce sens que leurs cibles sont devenues les agglomérations humaines et civiles, et non plus des soldats, qui prennent les mesures de sécurité nécessaires pour se protéger. Voire, le meurtre de civils et leur intimidation en provoquant une panique générale dans la société sont devenus l’instrument le plus répandu employé par les organisations extrémistes pour menacer la sécurité des pays européens. En effet, il ne fait pas de doute que la réaction de la société sera plus critique à l’égard des gouvernements européens dans le cas où ce sont des civils qui sont ciblés que dans celui où ce sont des militaires, sans parler de la difficulté de l’exécution dans ce dernier cas.

Les organisations extrémistes ont intensifié leurs opérations en Europe ces derniers temps, exploitant l’environnement démocratique et la protection de sa vie privée dont jouit le citoyen européen, et qui font partie intégrante de ses droits civils auxquels les régimes en place ne peuvent en aucun cas porter atteinte. En effet, la culture européenne est libérale dans ses fondements juridiques et n’admet pas de restrictions des libertés de la part des autorités sous prétexte de réaliser la sécurité publique, voire elle oblige les appareils de sécurité à rechercher des moyens légaux alternatifs pour limiter les opérations visant à terroriser la population sans pour autant porter atteinte aux libertés fondamentales garanties par la constitution et par la loi.

C’est pourquoi nous trouvons l’existence d’un vide sécuritaire entre les objectifs des services de sécurité et leurs activités réelles, vide qui est exploité par les organisations extrémistes pour pénétrer au cœur de la société européenne et exécuter leurs attaques sanglantes, qui ont au début révélé des lacunes manifestes de la part des services de sécurité européens, avant qu’ils ne parviennent ensuite à y faire face.

Mais les organisations extrémistes n’ont pas désespéré, et ont recouru à la tactique du ‘loup solitaire’, qui consiste à mobiliser ceux qui souffrent de l’oppression, de la marginalisation sociale et de la discrimination raciale, ou peut-être aussi d’un échec patent à se mettre en valeur dans un environnement rempli de difficultés, d’obstacles et de défis, sans parler de ceux dont l’intelligence a été corrompue par les idées extrémistes, de telle sorte qu’ils en arrivent à exécuter des attaques contre leurs patries ou les sociétés où ils vivent et qui ont échoué à les intégrer, et se trouvent ensuite contraintes de les affronter par des moyens divers dont la surveillance personnelle par décision de justice.

La tactique du ‘loup solitaire’ a contribué à aider les organisations extrémistes à venir à bout des restrictions sécuritaires imposées dans le but de limiter le terrorisme, et ceci en utilisant l’identité mystérieuse de ceux qui exécutent ces opérations. Ce succès est dû à la nouveauté de cette méthode qui a ainsi désorienté les appareils de sécurité européens. Cette étude vise à éclairer les causes du phénomène et les alternatives dont disposent les pays européens pour y faire face et réduire ses conséquences néfastes.

 

Définition des ‘loups solitaires

 

La notion de ‘loups solitaires’ a été liée depuis le début à la pratique de la violence. Et même si elle ne s’est pas appliquée au début à des groupes islamistes, puisque les racistes américains Tom Metzger et Alex Curtis ont employé le terme dans les années 90 du siècle dernier, les organisations islamistes extrémistes ont repris l’idée en l’appliquant de façon méthodique pour réaliser leurs buts violents surtout après qu’elle ait prouvé son efficacité du fait des difficultés à prévoir ainsi leurs actes[i].

Ce phénomène est défini comme étant un ensemble d’actions individuelles violentes accomplies par des individus pour des motifs personnels ou idéologiques dans le but de provoquer de graves dommages à l’Etat ou à la société.  La raison de l’exécution par certains de ces actes ignobles peut également être leur adoption d’idées extrémistes qu’ils cherchent à traduire en actes dès qu’ils en ont l’occasion. L’exclusion sociale peut être aussi l’une des causes de l’aggravation de cette crise, dans la mesure où ils sont ignorés par la société avec son évolution rapide et se retournent contre elle pour se venger.

Ces derniers temps, les organisations islamiques extrémistes comme Daech ont appelé leurs membres en Europe à exécuter des opérations de représailles, mais sans pour autant les orienter vers des cibles précises, du fait de l’absence de liens organisationnels leur permettant de le faire. Elles jouent plutôt dans leurs appels sur la corde sensible de leurs éléments ou de ceux qui sont réceptifs aux idées extrémistes, et ceci par le biais de messages audiovisuels qui portent leurs fruits par la suite.

L’organisation extrémiste peut lier une opération exécutée par un loup solitaire à des motifs raciaux, religieux ou sociaux, pour prouver le degré de sa force, s’appuyant pour cela sur le désir de l’autre partie – le loup solitaire – de mettre dans l’embarras l’Etat ciblé. C’est pourquoi, malgré l’absence de liens entre eux, organisationnels ou idéologiques, le loup solitaire ne refuse pas, mais peut au contraire éprouver une joie extrême pour avoir pu enfin participer à une activité au niveau international.  Car, sans aucun doute, la peine subie pour son meurtre prémédité ne sera pas très différente à cause de ses orientations idéologiques, mais elle peut inciter l’Etat à être davantage soucieux d’adopter des moyens plus efficaces pour limiter l’extrémisme social.

 

Les opérations réalisées par les loups solitaires sont de deux types :

 

- Anarchique, au sens où elles visent des groupements humains ou des événements sociaux, avec des bombes, des ceintures explosives ou des armes à feu. Ce type d’opérations est planifié par l’individu qui les exécute sans coordination avec les organisations terroristes auxquelles il se rattache. Comme exemple, citons l’individu qui a ouvert le feu sur une discothèque à Istanbul lors des célébrations du nouvel an 2017, tuant 39 personnes. Il est clair que la plupart des opérations de loups solitaires sont de ce type.

- Organisé : au sens où elles sont un moyen pour ceux qui les exécutent de nuire à la société sans avoir aucun lien institutionnel avec les organisations extrémistes, la différence avec le type précédent étant que l’individu qui les exécute pour exprimer sa colère élabore des plans précis et utilise des moyens technologiques (messages électroniques et autres) pour réaliser ses buts sanguinaires. Ce terme fut utilisé la première fois par le FBI américain et appliqué à Ted Kaczynski.

 

Pourquoi les organisations extrémistes recourent-elles aux loups solitaires ?

 

 Pour réaliser leurs opérations en Europe, les organisations extrémistes ont d’abord utilisé des moyens traditionnels qui consistaient en des attaques armées planifiées ou en des tirs visant des groupes de civils ou de policiers. Mais bien que tous ces moyens aient prouvé leur efficacité au début, les efforts fournis par les services de renseignements par la suite ont permis dans une large mesure de limiter les dégâts causés. Cela s’explique par la nature même des moyens traditionnels employés, qui comprennent le trafic d’armes d’un pays à l’autre, ou des transferts d’argent, par l’intermédiaire d’individus ou d’institutions de la société civile, et s'explique également par  ceux qui planifient l’exécution d’opérations terroristes.

Parfois, les organisations extrémistes peuvent employer, à l’intérieur du pays visé, des nationaux ou des étrangers ayant la capacité de fabriquer des explosifs ou de les obtenir par le biais de trafiquants internationaux. Les moyens traditionnels comprennent également une planification rigoureuse pour causer le maximum de dommages à l’ennemi, qui s’appuie toujours sur une faille sécuritaire qui peut être découverte après l’exécution de l’opération, ce qui empêche la réalisation d’autres opérations sur le même modèle. C’est pourquoi l’organisation extrémiste exécute parfaitement son opération de façon à causer un préjudice qu’elle pourrait ne plus être capable de causer par la suite. Et ce genre de planification essaie de garantir une issue sécurisée à ses exécutants.

Pour toutes ces raisons, les organisations extrémistes ont inventé de nouveaux moyens comme le ‘loup solitaire’ pour réaliser leurs objectifs criminels, en tirant profit de l’incapacité du pays à se livrer à des tâches d’espionnage ou de surveillance de tous les citoyens, ce qui constituerait une violation des droits civils. C’est ainsi qu’elles ont exploité l’idée d’action clandestine spéciale qui évite au loup solitaire de nombreuses suspicions, ce qui a des effets positifs sur sa performance. Ainsi, grâce à cette clandestinité, l’exécutant peut travailler en toute tranquillité, et fixer ses objectifs avec un soin extrême avant d'aller attaquer sa cible et lui infliger le maximum de dommages.

Dans certains cas, qui sont les plus embarrassants du point de vue des ressources employées dans des buts terroristes, le loup solitaire peut être amené à obtenir une voiture par ses propres moyens ou à la louer, voire à la voler en cas de problèmes financiers, avant de l’utiliser pour réaliser son opération s’il considère que les circonstances sont favorables.

Occasionnellement, il peut décider de réaliser son opération alors qu’il déambule dans un marché, sans aucune planification préalable, ni aucun ordre de l’organisation, ce qui complique la mission des services de sécurité dans la poursuite de ces individus et la détermination du moment de l’exécution de leur acte terroriste. Cela est arrivé en Suède, lorsqu’un homme vola une voiture avec laquelle il écrasa des passants dans la rue Drottninggatan, tuant trois personnes et blessant de nombreuses autres. Et malgré l’extrême rapidité de la réaction de la police suédoise, cela n’a pas empêché le loup de réaliser son but.

Notons que l’Internet joue un rôle majeur en faveur des organisations extrémistes dans leurs objectifs. Grâce au Net, tout le monde en Europe peut suivre les messages des organisations extrémistes, ainsi que leurs instructions, et quelqu’un peut décider d’entreprendre un acte terroriste conformément à la demande de l’organisation, sans que cela ne soit considéré comme un acte organisationnel, du fait de l’absence de communication entre les deux parties. En effet, l’organisation ne connaît pas l’individu qui a l’intention de perpétrer un acte terroriste, et lui-même n’a pas reçu d’instructions directement de l’organisation, car celles-ci sont semblables à un message général abstrait envoyé par Internet et qui continuent à flotter dans l’espace cybernétique jusqu’à ce qu’il soit capté par quelqu’un qui exécutera les instructions qu’il contient.

Par conséquent, cela ne rend pas cette opération organisée, du fait que l’émetteur du message audiovisuel n’a pas précisé le lieu qu’il convient de cibler. Plus important encore, il n’a fourni au loup solitaire aucune aide logistique. Certains individus peuvent recourir à l’Internet pour obtenir des informations techniques qu’ils utiliseront pour la fabrication d’explosifs par la suite. Par exemple, des informations des services de renseignements ont prouvé que certains des terroristes qui avaient planifié les attaques contre des centres vitaux du Royaume-Uni avaient téléchargé un article scientifique sous le titre : « Comment fabriquer une bombe dans la cuisine de ta mère ». Et l’utilisation de cet article par le soldat américain Nasser Jason Abdu pour fabriquer des explosifs et attaquer la base militaire de Fort Hood est la meilleure illustration de cela, puisqu’il a été arrêté en possession de matières servant à la fabrication d’explosifs.

Notons que les défaites répétées des organisations terroristes dans leurs lieux d’influence les ont poussées à recourir davantage à la tactique du loup solitaire. Ainsi, en Afghanistan, nous constatons qu’al Qaïda a perdu beaucoup de son influence par rapport à la période ayant précédé l’invasion américaine du pays. De même, Daech a subi une défaite cuisante en Syrie et en Irak, ce qui a poussé les deux organisations à chercher un moyen efficace pour prouver leur force et pour se présenter comme invincibles, en pensant que cela confirmerait le succès de leurs tentatives d’attirer de nouvelles recrues.

 

Parmi les opérations  les plus connues réalisées par des « loups solitaires » en Europe, citons :

-L’attaque de Charlie Hebdo, revendiquée par al Qaïda en 2015, et qui a tué 12 personnes. L’attaque a provoqué une réaction violente du fait qu’il s’agissait d’une publication papier et que cela constituait ainsi une violation flagrante de la liberté d’expression.

-Les attaques de Bruxelles où des éléments alliés à Daech ont perpétré plusieurs attaques visant l’aéroport de Bruxelles ainsi que des gares, en mars 2016, tuant 34 personnes.

-L’attaque d’Istanbul la veille du nouvel an 2017, perpétrée par un individu qui a visé une discothèque avec une arme à feu et des grenades tuant 39 personnes. Il a réussi à prendre la fuite.

-L’attaque de Manchester en 2017, lorsqu’un Britannique d’origine libyenne s’est fait   exploser tuant 22 personnes lors d’un concert.

 

Les stratégies européennes d'adaptation

 

Les pays européens ont beaucoup de difficultés à identifier les loups solitaires en raison de leur autonomie excessive et leur contact limité avec leur entourage pour leur propre sécurité. Contrairement aux groupes terroristes dont les communications augmentent le nombre d'erreurs monumentales susceptibles de les trahir.

En raison de l'identité ambiguë des loups solitaires, l'Europe dépend principalement des erreurs qu'ils peuvent commettre pendant leurs actions, ce qui trahirait leurs intentions subversives. Etant donné que toute opération terroriste implique l'existence préalable des informations sur la cible. De plus, le loup solitaire peut surveiller et contrôler le lieu pendant plus d'une journée afin de déterminer le moment approprié pour causer des dégats importants. Et c'est ce qui attire l'attention des services de sécurité européens[ii].

Bien que la possibilité de détection du loup solitaire dans ce cas soit faible en raison d'amenuisement des erreurs potentielles, les agences européennes intensifient leur intelligence et leur surveillance autour des zones vitales, les plus ciblées. Le loup solitaire cherche toujours à créer une fracture sociale et influencer l'un des intrants économiques qui entravent le développement dans le pays ciblé.

Nul n'ignore la difficulté que rencontrent les pays européens à connaître les tendances déviantes de leurs citoyens. En fait, les pays ont un vif désir de scruter les conditions sociales et les comportements de chaque citoyen, bien que la nécessité juridique du respect de la vie privée fasse obstacle à cette besogne. Et ceci facilite au loup solitaire de se cacher parmi les ramifications contradictoires de la société. Afin de surmonter ce problème, les pays européens surveillent les comptes des personnes suspectes et tentent d'identifier leurs propres contacts afin de réduire le danger potentiel à l'avenir.

Les pays européens font également pression sur les sites de réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter pour leur fournir des informations sur certaines personnes sous surveillance, qui peuvent être détectées par des messages personnels. Etant donné que l'Internet est un élément important dans l'activité de chaque loup, les sites de réseaux sociaux ont commencé à imposer des restrictions sur les publicités en réponse aux demandes des gouvernements européens, en plus de la fermeture des comptes qui propagent l'extrémisme. Le phénomène du loup solitaire ressemble à un fiasco social qui s'installe dans les profondeurs des sociétés, essayant de repousser la colère accumulée sous une forme violente et excluant toute autocritique.

En outre, certains pays européens ont construit un réseau de programmes secrets pour espionner leurs propres citoyens afin d'identifier ceux qui peuvent être manipulés par un loup solitaire, ou pour identifier ceux qui cachent des idées violentes derrière leurs propres actions civiques. Bien que ces mesures n'aient pas été officiellement annoncées, étant donné leur violation des lois européennes qui exigent le respect de la vie privée, certains pays les considèrent comme un moyen inévitable d'en finir avec les loups solitaires[iii].

Nous pouvons citer ces démarches tacites à travers la vente des dispositifs d'espionnage par les pays européens à des pays menacés pour leur sécurité, pour leur permettre d'espionner leurs citoyens. En plus de cela, nous constatons que certains pays européens espionnent d'autres pays voisins pour la protection nationale.

La justification de tels actes est qu'un État qui espionne un pays voisin ne veut pas être comme un aveugle qui attend de l'aide d'un ami, mais veut avoir une information proactive sur toutes les interactions entre ses citoyens et ceux qui vivent hors de son territoire.

Bien que les pays européens se partagent les informations nécessaires sur ces cas, chaque pays fait confiance en la capacité de ses services de sécurité à analyser les données d'information pour atteindre ses objectifs de sécurité. En 2017, une enquête parlementaire secrète a été lancée sur les activités d'espionnage allemandes contre les institutions et agences internationales[iv]. L'Allemagne a également mené des activités d'espionnage contre la France, ce qui a été révélé après que Snoden ait divulgué des renseignements sur l'espionnage de l'agence de sécurité nationale américaine sur ses alliés dans le monde, en 2013[v].

Afin de renforcer la protection contre le phénomène des loups solitaires, les pays européens signent des accords internationaux conjoints et additionnels de lutte contre le terrorisme, grâce auxquels un échange intensif d'informations sera effectué pour permettre à chacun de prévoir les dangers qui l'entourent. A titre d'exemple, l'accord de sécurité signé entre l'Egypte et l'Allemagne pour combattre le terrorisme en 2016. En outre, un protocole de coopération a été signé par les pays européens pour lutter contre le terrorisme en 2016 en tant que mise à jour des accords de sécurité européens conjoints signés lors de la création de l'Union dans les années 90 du siècle dernier. Ce protocole a été conçu principalement pour limiter le retour des personnes engagées dans les guerres civiles au Moyen-Orient.

A cela s'ajoute le suivi systématique par les pays européens des fonds transférés de l'étranger. Bien que le trafic d'armes n'ait aucun lien idéologique, les pays traquent également les réseaux de contrebande d'armes, qui sont un outil efficace dans la mise en œuvre des attaques contre les pays. Ils sont liés par les bénéfices.

 

Le mécanisme des organisations extrémistes pour maintenir l'efficacité des loups solitaires

Les organisations extrémistes cherchent à maintenir l'efficacité des «loups solitaires» pour leur capacité à dribbler les renseignements occidentaux. Raison  pour laquelle elles ont adopté un certain nombre de stratégies pour dissuader les mesures de sécurité européennes. Ces stratégies sont les suivantes:

• La mise en place de bataillons électroniques: Ces bataillons sont spécialisés dans des opérations systématiques pour attirer les "loups solitaires" en leur offrant des éléments liés à l'extrémisme pour les encourager moralement avant toute action terroriste. L'on est sans ignorer que le moral est l'un des éléments les plus importants sur lesquels sont fondées les organisations extrémistes, et constitue un facteur clé dans leur capacité à inciter leurs membres à se sacrifier dans des attaques terroristes mortelles. Par exemple, chaque fois que Twitter ferme un compte, les membres de ces bataillons créent des dizaines d'autres comptes pour publier des contenus extrémistes.

• L'envoi des gens dans des missions spéciales: Malgré l'effort des services d'intelligence exercé par les pays européens pour recueillir une grande quantité de données détaillées sur les membres d'organisations extrémistes, l'identité de la plupart des membres de l'organisation reste encore obscure,  exigeant un grand effort pour les détecter. A titre d'exemple, le jihadiste John, l'égorgeur dans les vidéos de Daech, a longtemps caché son identité avant d'être révélée. Daech se sert de l'ambiguïté de l'identité de ses membres en les envoyant dans les pays européens pour mener à bien le rôle de loup solitaire, comme ce fut le cas avec l'attentat qui a eu lieu dans une boîte de nuit turque en 2017.

• Les réfugiés et immigrés clandestins: L'utilisation de réfugiés est un moyen très efficace pour les organisations extrémistes qui envoient leurs agents en Europe pour mener des opérations terroristes. Cela se fait par l'infiltration d'éléments terroristes dans les bateaux des immigrés clandestins pour les déposer sur les côtes européennes, en tirant parti de cet aspect humanitaire de l'Europe dans son traitement de la question des réfugiés. Les organisations extrémistes utilisent également les réfugiés et les migrants illégaux pour transmettre des informations, en exploitant l'indifférence de la police. Un tel comportement nuirait sérieusement aux réfugiés, car il contraint les pays européens à prendre des mesures plus sévères à leur encontre.

• La technologie: Les organisations extrémistes prêtent un grand intérêt à la technologie moderne, comme un outil efficace pour créer une sorte de communication secrète entre leurs membres en général. Un moyen donc d'aider les organisations extrémistes à convertir les activités des loups solitaires d'activités d'amateur en activités plutot professionnelles, à travers lesquelles ces entités peuvent organiser des attaques électroniques par le biais des personnes en dehors de l'Europepour causer une paralysie générale dans les secteurs publicset ce avant les déflagrations des bombes dans différents  endroits pour produire un maximum de dégâts et reduire la capacité d'intervention rapide de l'appareil sécuritaire.

Conclusion

L'affrontement entre les pays européens et les organisations extrémistes va sans doute perdurer. Le calme temporaire ne signifie pas que les services de sécurité européens ont réussi à réduire les menaces extérieures, mais cela peut être une période de «réorganisation et de répartition des rôles » au sein des organisations extrémistes, au cours de laquelle y sont insérés de nouveaux éléments pour plus d'efficacité sur le terrain synonyme de plus de dommages causés aux sociétés européennes, dans l'espoir de créer des fissures communautaires pouvant endommager à l'avenir la structure générale de la communauté.

C'est pourquoi les services de sécurité européens devraient être pleinement conscients du fait que les organisations terroristes ne se lassent pas de chasser des failles sécuritaires pour faire plus de dégâts. Etant donné que la confrontation est non seulement sécuritaire, les pays européens devraient accorder une attention particulière à la surveillance et à tout comportement confus de la communauté, ce qui peut se transformer plus tard en délinquance généralisée. Pour remédier à cela il faut mettre sur pied des programmes de prévention civique ciblant la jeunesse d'une part, et d'autre part un programme de réhabilitation des délinquants pour les transformer en modèles acceptant le vivre ensemble et la cohabitation avec l'autre.

Les organisations terroristes ne se soucient pas de l'identité des loups solitaires tout comme elles ne s'intéressent pas au résultat de leurs actions violentes, d'où l'importance de la reconversion des délinquants qui peut être un catalyseur tant pour pousser d'autres à solliciter de l'aide que pour réduire l'attractivité des organisations violentes. Il faut noter aussi les efforts des pays européens pour moderniser leurs systèmes de défense électronique afin d'éviter toute infiltration opérée par les organisations extrémistes, qui peut être plus dommageable que les opérations armées, en privant, le cas échéant, des milliers de personnes des services de transport, d'électricité, de santé, etc..

Il convient de soulever également le rôle de la population qui peut non seulement aider les autorités gouvernementales à identifier les éventuels futurs terroristes, mais peut aussi aider à leur réhabilitation en tant qu'outil efficace pour contrer les efforts de polarisation des organisations violentes.

En fin de compte, nous devrons souligner l'équation difficile en matière de droits de l'Homme et de sécurité dans la gestion du terrorisme en général et des loups solitaires en particulier. Car, conformément à toutes les attentes et  intentions, toute exagération dans la surveillance des individus et dans la punition des loups solitaires, peut éventuellement plus tard aider à attaquer l'Etat et accentuer davantage le mécontentement populaire, ce qui arrange également ces organisations terroristes.

 

 



[i] Centre international pour contrer le terrorisme, page 2, https://www.icct.nl/download/file/ICCT-Bakker-deGraaf-EM-Paper-Lone-Wolves.pdf

 

[ii] Le Centre international de lutte contre le terrorisme, op. Cit., P. 5.

 

[iii] Khaleej Online, une étude révélant que les pays arabes espionnent des millions de citoyens, https://goo.gl/ouVwBM

 

[iv] Le Centre européen d'études sur le contre-terrorisme et le renseignement, journal allemand: Espionnage des renseignements allemands, https://goo.gl/3bD5Tn

 

[v] France 24, rien d'étonnant sur l'espionnage de l'Allemagne sur la France, déclaration d'un ex-fonctionnaire à France 24, http://www.france24.com/fr/20151113-germany-spying-france-hollande-merkel-no-surprise

 

"